Jeudi 24 octobre 2019

L’élu n’est pas sans taches (1 Rois 1,32-40)


Lire le texte

Le récit rapporte d’abord comment David prescrit le rituel à l’issue duquel Salomon doit être désigné comme son successeur. Il attire ensuite l’attention sur la réaction de l’un de ses fidèles, à savoir Benayahou, le chef de sa garde personnelle: ce dernier déclare, un peu à la manière d’un prophète, que comme il l’a été avec David, Dieu sera aux côtés de Salomon. Vient finalement le moment de la mise en œuvre du rituel d’intronisation: ayant reçu l’onction de la part du prêtre Sadoq, un autre fidèle de David, Salomon est acclamé par la population de Jérusalem. L’intronisation de Salomon reçoit ici une double légitimation: à travers la proclamation de Benayahou et l’onction de Sadoq, Salomon est reconnu par Dieu; et à travers l’allégresse suscitée par son intronisation, il reçoit l’approbation du peuple. Ce récit ne veut toutefois pas faire oublier que la royauté de Salomon reste entachée d’une culpabilité indélébile: seules les manipulations dont David a été la victime l’ont rendue possible. En d’autres termes, Dieu n’approuve pas les coups de force commis en son nom. L’onction divine n’abolit pas la faute; elle dit plutôt que la volonté de Dieu n’est pas mise en échec par ceux qui se montrent indignes de lui, mais qu’elle trouve à s’accomplir là même où le mensonge et la duplicité veulent installer leur règne.

Philippe Nicolet

Prière: O Dieu notre Père, reste patiemment à nos côtés quand nous nous éloignons de toi; apaise-nous quand le doute nous jette dans l’inquiétude et les tourments.  

Référence biblique : 1 Rois 1, 32 - 40

Commentaire du 25.10.2019
Commentaire du 23.10.2019